Mer d'affliction


Les rideaux de ma vision se sont fermés
Au lieu de vert et de bleu, je suis envahie de gris
Mon cœur est envahi d'appréhensions
Comme un fleuve qui envahit la mer
Mon âme est une mer d'incursions
Se sont rompus, les absolus
Fragments de verre
Images morcelées

Héritage d'un long chemin
Qui m'a démoli au point de ne pas savoir qui je suis
Peut-être n'ai-je jamais été
Les portes s'ouvrent, il y a un salon vide
Il n'y a ni musique ni danse, pas signe de vie

Comme un enfant assis sur le trottoir de l'existence
Sans origines, sans ascendance
Le parterre qui l'entoure arrosé de ses larmes
Poussent les semences de grisaille

Personne ne peut retenir longtemps le cri
Je me suis perdue sur le chemin
Je ne sais pas ce que je cherchais
Je ne sais pas qui est à blâmer
Je ne sais pas ...

J'ai perdu l'espoir
Je me sens comme à la fin
Mon seul souhait est mourir
Sans paroles, sans regards,
Sans fleurs, sans sourires
Sans rien

Tout ce que j'ai fait a perdu le sens
Des choix qui n'ont jamais été
Tentatives pour trouver ce que je ne cherchais pas
Et ceux qui ont mal sont près de moi

Que les eaux de cette mer dissipent tout ce que je suis et ce que je n'ai jamais été




08/05/2009
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 49 autres membres