Ironie du temps


Quelle ironie a le mystérieux temps
Lui qui se dit passer rapidement, en courant
Mais finalement, le temps ment
Parce qu'il reste, seuls nous nous en allons

On dit qu'il est vieux, mais le temps est toujours neuf
Il n'a pas d'âge, personne ne l'a vu naître,
Comme l'énigme de la poule et l'œuf,
Personne ne sait vraiment s'il existait avant d'être ...

Il commande tout, sans pitié ou miséricorde
Et moi perplexe je reste à regarder sans le voir
Immuable et, toujours en célérité

Je me rends, enfin, j'ai compris,
Je sens à peine avec fragilité,
Que le temps est roi ...
et, de roi, a le pouvoir ...

Texte Euclides Cavaco
Traduction Lina Reina






3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres